Psychothérapie integrative

 

 

 

 

 

 

 

Index
Considerations generales
Evolution de la psychotherapie
Approche en psychotherapie
Approche personnelle
Conclusions
Liens

 

 

 Définition brève: méthode psychothérapeutique plurimodale qui permet une approche holistique* (non-dichotomique et systémique) de la personne dans son fonctionnement psychologique général i.e. affectif, émotionnel, cognitif, comportemental, relationnel pris sur la durée.

* p.15, note 8, dans l'ouvrage que j'ai écrit "Une approche en psychothérapie éclectique intégrative", publié en 2007 par www.publibook.com

 

Autres publications sur le même thème:  

 - "Etapes dans l'évolution de la psychothérapie", 17, 09/ 2006, sur www.psycho-ressources.com/bibli/evolution-psychotherapie.html

 - "Entre Savoir et savoir-faire: les facteurs situationnels en psychothérapie", 5/11/2006 sur www.psycho-ressources.com/bibli/facteurs-psychotherapie.html

  Question de plagiat: Au sujet des sites français d'annonces de service en psychothérapie intégrative, leur nombre qui est croissant sur le web montre l'intérêt porté par les psychothérapeutes à cette méthode plurimodale de thérapie qui est pratiquée depuis une quarantaine d'années Outre-Atlantique.On ne peut ici que s'en féliciter!

Par contre,  pour celles et ceux de ces thérapeutes, quand ils sont en panne d'inspiration, manquent d'idées, et ne parviennent pas à mettre des mots sur leur méthodologie s'ils en ont une, pratiquer le copier-coller, reprendre mot pour mot en se les attribuant les idées et concepts définis par d'autres, c'est choquant!

Je pense en particulier à certains sites qui ont repris la définition que j'ai donnée de la psychothérapie intégrative à leur compte! Soit: méthode psychothérapeutique plurimodale qui permet une approche holistique (non-dichotomique et systémique) de la personne dans son fonctionnement psychologique général i.e. affectif, émotionnel, cognitif, comportemental, relationnel pris sur la durée.

S.V.P., un peu de fair-play! Faites preuve de quelques scrupules et prenez le temps de citer vos sources ou alors abstenez-vous de piller les sites de vos collègues! Nous vous en remercierons.

 

 Sur l'effet Placebo et son décodage:  A lire l'étude d'Eippert et al . Une des dernières recherches publiées sur les bases anatomo-physiologiques de l'effet placebo dans la perception de la douleur: celle d'une équipe de chercheurs de l'université de Hamburg qui vient confirmer les résultats de nombreuses expériences faites précédemment sur le même sujet. Depuis une trentaine d'années, on savait que des substances chimiques, les endorphines sécrétées par nos cellules nerveuses, avaient un rôle dans l'existence physiologique de l'analgésie par placebo et l'on en connaissait le trajet cérébral (expérience de Tor D.Wager et al: Placebo effects on human µ-opioid activity during pain, PNAS, June 26, 2007, vol.104, n°26, 11056-11061). Ce trajet de l'inhibition de la perception de la douleur par effet placebo est défini avec la plus grande précision par l'équipe de Hamburg; les structures neuronales qui se mettent en action à la simple idée de croire être soulagé d'une douleur cutanée sont les mêmes que les structures corticales et sous-corticales reconnues comme impliquées dans le contrôle de la douleur, soit le cortex préfrontal dorsolatéral, le cortex cingulaire antérieur, l'hypothalamus, la substance grise périacqueduquale et la moëlle épinière ventromédiane et rostrale.

Eippert, F. et al : Activation of the Opioidergic Descending Pain Control System Underlies Placebo Analgesia, Neuron 63(4): 533-543 (2009).

Double preuve que le placebo comme analgésique de type psychologique existe bel et bien physiologiquement. Par ailleurs, il existe d'autres expressions neurophysiologiques de l'effet placebo connues à ce jour par sécrétion de neuromédiateurs comme la dopamine (un des neuromediateurs participant à la sensation de bien-être) dans le striatum (striatum ventral: nucleus accumbens impliqué dans le circuit de la récompense) mise en évidence en réponse à un placebo chez des patients atteints de la maladie de Parkinson (déplétion en dopamine) ( de la Fuentes-Fernandez, R. et al., Expectation and Dopamine Release: Mechanisms of Placebo effect in Parkinson's Disease, Science, August 10, 2001, Vol.293, N° 5532. pp.1164-1166).

Or qu'est-ce que le placebo? Un phénomène qui est provoqué par une idée, celle de "croire en", "d'être persuadé que", "d'avoir foi en".

Cette découverte est capitale sur plusieurs points dont:

1- elle apporte encore plus d'indices sur les fondements biomoléculaires de l'exercice de la pensée, la sienne propre et celle des autres sur soi, donc sur les processi physiologiques impliqués dans la formation des idées, par l'utilisation, entre autres, des mécanismes de l'attention, de la volonté, de la concentration, et, dans le cas particulier du placebo, de l'auto-persuasion, de la croyance, de l'attente d'un bienfait.

2- elle nous incite encore plus à oeuvrer pour le développement de la psychologie scientifique et,

3- elle permet d'apporter un substrat physiologique aux techniques psychothérapeutiques (cognitivo-behaviorales, en particulier, notre technique de diversion par concentration sur des stimuli positifs ou neutres dans les cas de contrôle des comportements alimentaires, des peurs, des obsessions, et la méditation ) utilisant la maîtrise de la pensée, celle des émotions et donc des comportements qui s'ancrent plus solidement dans une réalité bio-psychologique, la validation scientifique n'étant pas de trop pour se défaire des soupçons de charlatanisme imprégnant tout ou presque ce qui a trait à la psychologie.
En bref, l'obscurantisme en matière de psychologie, de formation des idées, d'utilisation des techniques psychothérapeutiques ne pourra que se résorber au fur et à mesure de l'exploration du fonctionnement de notre cerveau et de sa plasticité.

 

Psychothérapie éclectique intégrative

ou l'oecuménisme en terre psy,

un modèle de pratique en psychothérapie

 

 

 

00046932

 

(Extrait de l'ouvrage "Une approche en psychothérapie éclectique intégrative"

paru aux éditions Publibook)

www.publibook.com

par

Dominique Brunet, Ph.D., Docteur en psychologie clinique, University of Georgia (Athens, Ga), USA.

Psychologue clinicienne, Psychothérapeute

 

En 2005, la publication du livre noir de la psychanalyse m'avait fait réagir dans les termes suivants.

 

A l'heure où l'on est en train de déboulonner Freud et la psychanalyse, ici, en France , le livre noir de la psychanalyse en faisant foi, il est peut être temps de reprendre ses esprits et de regarder ce qui se passe autour de nous en psychothérapie.

 

1- Tout n'est pas à mettre aux orties avec la psychanalyse et son inventeur, le médecin Sigmund Freud. On peut certes se passer de sa théorie des complexes d'Oedipe et autres ainsi que des stades de développement psycho-sexuel de la personnalité; cependant, les concepts d'inconscient, conscient, moi, sur-moi, et ça sont à retenir tout comme l'identification des mécanismes de défense et   ce, d'autant plus que ces concepts deviennent réalité en psychothérapie et dans la vie de tous les jours. Dans la pratique,  a) l'analyse des mécanismes de défense aide au décodage dans la façon de fonctionner , c'est-à-dire donne des indices sur une symptomatologie et un type de personnalité,  b) l'analyse des rêves, reprise des mythes antiques et des tragédies grecques mais remise au goût du jour,  est une des techniques prospectives pour identifier les inquiétudes de la personne alors que c) l' introspection au fil des associations libres d'idées, inspirée de l'enseignement socratique, représente, elle-aussi, une des méthodes (celle-ci comme le qualificatif l'indique, non-directive) à retenir pour prendre conscience de ce qui se passe en soi.

La mise au pilori est de taille. Mais, l'esprit français est conditionné  depuis des siècles de telle manière qu'il ne peut évoluer sans faire de révolutions et donc, il est porté à l'emploi de moyens conséquents. Ainsi, les "psy" français n'échappent pas à ce conditionnement de la pensée et, après avoir adoré, ils ont banni! Cependant, espérons que ce bannissement ne sera que temporaire et, une fois les esprits calmés, donc revenus à la raison, le temps de la réhabilitation en toute objectivité sera venu. N'est-ce pas là une autre loi du comportement humain?

2-  Il est à craindre que le même phénomène ne se passe un jour prochain avec les thérapies cognitivo-behaviorales. L'engouement relativement récent, ici en France, pour cette technique qui est utilisée depuis une cinquantaine d'années dans d'autres pays, est à prendre avec circonspection. Il est certain que les TCC donnent, cela a été vérifié de longue date, d'excellents résultats pour des désordres ciblés du comportement et donc de la pensée; mais cette technique a, elle-aussi, comme toute autre technique en psychothérapie, ses limites.

3- Si l'on examine chaque approche psychothérapeutique prise séparément, on s'aperçoit que chacune a ses limites; d'où l'intérêt  de s'ouvrir à la formation et à la pratique d'un ensemble de techniques ou alors d'être assez honnête avec soi-même en tant que psychothérapeute et reconnaître les limites de ses interventions auprès de sa clientèle.

4- En France, durant tout le XXe siècle, on a pris la psychanalyse pour la panacée universelle en psychothérapie, utilisant cette méthode à tort et à travers pour tout et n'importe quoi. C'est comme si un médecin recommandait de prendre de l'aspirine pour la guérison de tous les maux physiques.

Comme cela a été avec la psychanalyse, il ne s'agit pas de reproduire le même schéma avec les autres formes de psychothérapies qui viennent à percer dans notre pays. Il n'y a rien de pire que l'idolâtrie car, tôt ou tard, elle mène à l'iconoclasme. Cela tout le monde le sait. Il n'y a qu'à jeter un regard sur notre histoire politique, religieuse, philosophique et notre société moderne avec ses égéries à éclipses.

5- Je propose simplement sur ce site que l'on s'intéresse de manière sereine et non sectaire à cette forme de psychothérapie que certains d'entre nous utilisent depuis une quarantaine d'années tant en Amérique du Nord que dans certains pays d'Europe.

Jusqu'à une période relativement récente, on l'appelait éclectisme; on la nomme de plus en plus par l'expression psychothérapie éclectique intégrative.

 

[Index] [Considerations generales] [Evolution de la psychotherapie] [Approche en psychotherapie] [Approche personnelle] [Conclusions] [Liens]

 


Copyright (c) 2005, Dominique Brunet, Ph.D. Tous droits réservés.

mailto:dom.brunet@wanadoo.fr