Approche en psychotherapie

 

Index
Considerations generales
Evolution de la psychotherapie
Approche en psychotherapie
Approche personnelle
Conclusions
Liens

Etant donné la multiplicité des techniques en psychothérapie, on peut supposer que lorsque l'on parle de psychothérapie intégrative, l'intégration se fait en combinaison à deux, trois, voir x nombre d'approches; ce qui a lieu effectivement. 

 

Dans le cas présent, nous ne traitons que l'approche classique en psychothérapie éclectique intégrative, soit celle qui intègre les modèles théorico-pratiques analytique, cognitif, behavioral et systémique, les modèles cognitif et behavioral étant généralement réunis, tous deux participant d'un même principe, celui du conditionnement que ce soit  celui de la pensée ou des comportements [1].

 

blue05_next.gif Rappelons très brièvement les origines de ces modèles théorico-pratiques.

 

Pour le modèle analytique, son inventeur, Freud, un médecin, avait proposé au monde de fracassantes découvertes au sujet de cette fameuse psyché : existence d'un inconscient, d'un conscient puis existence d'un Moi ou Ego, d'un Surmoi ou Super-Ego, d'un Ça ou Id. L'inconscient restant tapi dans les méandres du cerveau nous faisait faire des choses insoupçonnables, le plus souvent inacceptables tandis que, dans le malheureux conscient, notre Moi se débrouillait comme il le pouvait avec ses mécanismes de défense dont le refoulement au milieu des luttes fratricides que se livraient sur son « dos » Surmoi et Ça.

 

Dans la foulée, apparut un modèle théorico-pratique aux antipodes du précédent: le modèle behavioral dont l'inventeur fut un psychologue, Watson. Ses travaux sur le conditionnement classique chez l'être humain firent suite aux études expérimentales d'un biologiste, Ivan Pavlov, sur l'animal à la fin du XIXième siècle. Un autre psychologue, B.F.Skinner au milieu du XXième siècle perfectionna le modèle behavioral par de nombreuses études expérimentales et appliquées en utilisant le conditionnement opérant par substitution de stimuli et obtention de réponses différenciées et programmées. Le paradigme stimulus-réponse dans la détermination des comportements était identifié tant pour les milieux interne qu'externe à l'être humain.

 

S'inspirant du prestigieux modèle bertalanfien de la théorie des systèmes, des thérapeutes comme Jay Haley, Salvador Minuchin et Virginia Satir [2]s'attachèrent à montrer d'une part l'impact des systèmes dans lequel la personne évolue sur son psychisme, caractère, personnalité, comportements et, d'autre part, ses réactions à ces systèmes selon ses perceptions et ce qui lui est renvoyé comme messages verbaux et non-verbaux : d'où, importance des formes de communication entre la personne et les membres des différents systèmes avec emphase sur les différents types de rétroaction qui sont à l'origine des rôles à l'intérieur de chaque système.

 

On était alors en pleine prise de conscience de soi, des autres cependant, à travers des lunettes roses: tout le monde s'aimait ; tout le monde était naturellement bon ; il n'y avait que le présent, ici et maintenant, qui comptait, pour s'aimer, se développer intérieurement, se faire plaisir en se réalisant dans l'harmonie universelle. C'était l'époque du « Love and Peace ».

 Cette philosophie de la vie et de l'approche de l'homme, en accord avec le courant existentiel-humaniste mais en opposition au courant expérimental et à l'analyse,  des psychologues comme Abraham Maslow et surtout Carl Rogers, la mirent en pratique : ce fut la thérapie centrée sur le client.

 

 blue05_next.gif Comme il en est de toutes les grandes écoles accompagnées de leurs suites de disciples et de dissidents, la psychanalyse, le behaviorisme et la thérapie systémique firent des émules de part et d'autre. Nombre de variantes théoriques furent élaborées suivies de leur pratiques idoines, soit une myriade d'approches de la personne dans la compréhension, l'analyse et le traitement de ses états d'âme, émotions et affect problématiques, et troubles des comportements[3].

 

Parmi ces variantes, l'une d'entre elles, issue du behaviorisme, faisant appel aux cognitions, fut développée par le psychologue Albert Ellis et le médecin Aaron Beck. Au conditionnement des comportements par le milieu externe, ils donnèrent la prépondérance à celui opéré par la pensée, donc du milieu interne, dans notre cas, du cerveau dans ses fonctions régaliennes, c'est-à-dire, cognitives (de cognitio: action d'apprendre).

Leur système prendra nom en pratique de thérapie cognitive ou mieux de thérapie cognitivo-behaviorale. Sans entrer dans le détail, l'identification sera faite que nous pensons le monde plus en fonction de nos propres perceptions et de nos émotions du moment que ce qu'il est dans la réalité; d'où la nécessité du reconditionnement de la pensée en corrigeant fausses perceptions et raisonnement inadéquats.

 

blue05_next.gif A ce jour, dans la pratique de la psychothérapie,les quatre grandes orientations sus-mentionnées, analytique, cognitivo-behaviorale, existentielle-humaniste et systémique, se distinguent de la cohorte formée par une multitude d'autres techniques les unes nouvelles, les autres anciennes, et toutes à but thérapeutique soit de guérison, de mieux-être ou de bien-être [4].

 

Parmi les autres techniques il y en a qui sont  utilisées soit en complément des approches classiques, soit  comme technique préférentielle: dans le premiers cas, je les appelle techniques complémentaires; dans le second, elles deviennent des alternatives aux techniques classiques.

 

Ces quatre modèles permettent d'adopter une approche holistique de la personne dans son fonctionnement tant psycho-affectif, émotionnel, cognitif, comportemental que relationnel sur la durée.

Ce type d'approche qui intègre les quatre grands modèles est nécessaire pour appréhender la personne dans tout son fonctionnement selon son histoire et son cadre de vie, l'objectif  étant de l'aider à résoudre ses problèmes psychologiques, psycho-physiologiques, comportementaux et, ou relationnels de la façon la plus appropriée à son cas personnel et la plus efficace puisque l'on n' occulte aucune facette de son existence par l'utilisation de ces quatre schémas et de leur application pratique auprès de la personne.

 

 En d'autres termes, ce n'est pas au client de s'ajuster au cadre restreint d'une approche unimodale quand celle-ci ne convient pas mais au thérapeute de s'adapter à la situation qui lui est présentée avec les techniques qu'il maîtrise.

Plus le psychothérapeute aura à sa disposition une panoplie de techniques fiables et efficaces après avoir maîtrisées celles-ci, plus il sera en mesure d'aider au mieux sa clientèle. 

 

Comme il existe plus d'une centaine d'approches en psychothérapie, il est certain qu'on ne les pratique pas toutes.

 

En allant visiter les sites européens et américains sur la psychothérapie intégrative, on s'aperçoit que l'expression peut recouvrir d'autres formules intégratives utilisant d'autres combinaisons d'approches psychothérapeutiques.

Je limite l'aperçu à celle que je connais et que je pratique soit les quatre approches classiques en plus d'une technique, qui dans mon cadre de pratique j'utilise en complément de la technique cognitivo-behaviorale dans les cas d'angoisse profonde avec stress physique intense, la relaxation musculaire de Jacobson (voir fichier suivant).

 

[1] Consulter sites: aller sur le fichier Liens.

[2] Jay Haley et Virginia Satir, travailleuse sociale, appartinrent au célèbre groupe de Palo Alto.

[3] Il y eut Adler, Jung pour Freud, après Watson, se furent Skinner et bien d'autres behavioristes; dérivant de la théorie des systèmes de Von Bertalanffy et de l'approche existentielle-humaniste, quelques grands noms et écoles: Berne et l'analyse transactionnelle, Perls et la Gestalt et les multiples thérapies de groupes.

[4] dont l'hypnose, le psychodrame, la PNL, l'art-thérapie, les thérapies de groupe, les techniques psycho-corporelles allant de la relaxation musculaire progressive de Jacobson au shiatsu en passant par le bio-feedback, une technique de maîtrise du stress qui fut développée durant les années 1950-60 aux USA après observation des prouesses yogiques dans le contrôle des réponses physiologiques autonomes.

 

 

 

[Index] [Considerations generales] [Evolution de la psychotherapie] [Approche en psychotherapie] [Approche personnelle] [Conclusions] [Liens]

 

Copyright (c) 2005, Dominique Brunet, Ph.D. Tous droits réservés.

mailto:dom.brunet@wanadoo.fr